NOUVEAU METIER : DRAGUER POUR LES AUTRES SUR LE NET

À 28 ans, Mary a trouvé un petit boulot original pour arrondir ses fins de mois : elle est Net Dating Assistant. En d’autres mots, elle drague sur la Toile pour le compte de cadres qui n’ont pas le temps, ni l’envie de jouer les Casanova 2.0. Interview.

Le Figaro.fr/madame.– Net Dating Assistant. Voilà un job peu commun ! Comment vous est venue l’idée de jouer les séductrices sur le Web ? 
Mary.–
 J’ai commencé il y a huit mois. J’étais étudiante en droit et je cherchais un petit boulot à faire depuis chez moi à des horaires décalés. J’ai postulé à une petite annonce sur un site de job étudiant. Je l’ai tout de suite remarquée car je connaissais ce concept : il est très répandu au Canada, pays dans lequel j’ai fait une partie de mes études.

Votre motivation est-elle uniquement pécuniaire ?

Non ! Je gagne entre 100 et 250 € quand mon objectif de trois rendez-vous effectifs est atteint. Je pourrais gagner davantage si je multipliais les clients mais ce n’est pas mon but. Je vais commencer à travailler en février pour un cabinet spécialisé en conseil financier et je compte bien poursuivre cette activité. Elle m’apporte un équilibre que je ne trouve pas dans ma vie professionnelle très réglementée. Le contact avec les clients est une vraie bouffée d’oxygène. En plus, j’adore écrire. Quand je dresse leur profil sur un site de rencontre, je peux laisser libre cours à ma créativité.

Votre créativité est-elle sans limite ?

Oui, à condition qu’elle reste conforme à la personnalité de mon client. Le premier entretien téléphonique est crucial pour la cerner. Durant trois-quarts d’heure, j’apprends à le connaître et l’interroge sur le type de femmes et de relation qu’il cherche. Je ne suis pas là pour juger mais pour écouter. Ensuite, je passe à la phase écrite. Les informations que j’indique doivent être probantes, pertinentes et marrantes. Je ne compte plus les mecs qui se décrivent comme Alain Delon alors qu’ils ressemblent à Alain Deloin ! Ce genre de stratégie ne fonctionne pas. Pour décrire mes clients, je pars de la photo et j’y ajoute toujours un soupçon d’humour. J’utilise des tournures du type « grand brun ténébreux aux yeux verts. Voilà pour le côté mannequin. À part ça je recherche une femme qui a une bonne dose d’autodérision et qui ne croit pas tout ce qu’elle lit ! ». Quand je manque d’inspiration, je note mes idées et je reprends le lendemain, une fois que mon subconscient a fait son travail durant la nuit.

"Distinguer mes clients au sein des autres profils"

Vos clients ont-ils un droit de regard sur ce que vous écrivez ?

Je ne publie jamais leur profil avant d’avoir obtenu leur aval. J’effectue ensuite des rapports écrits hebdomadaires, pour faire le point sur mes cibles, quitte à recadrer mes recherches. Je n’hésite jamais à coupler ces retours par quelques coups de fil. C’est une bonne occasion de maintenir le lien et d’éviter les éventuels mécontentements.

Certains clients ont-ils des attentes peu raisonnables ?

Sur mes quatre clients, un seul s’est montré un peu trop exigeant. Il attendait que je lui trouve des mannequins ! J’ai réussi à lui faire comprendre avec diplomatie que ces femmes étaient difficilement accessibles et nous avons trouvé un compromis. Mes clients sont des cadres occupés qui ne veulent pas perdre de temps sur le Web mais ils ne sont pas bornés !

Je ne suis pas missionnée pour chatter des heures entières. Je dois en dire le plus possible tout en dévoilant le moins possible pour décrocher un rendez-vous. Ça évite les débordements. Pour cela, je cherche des points communs entre mes clients et mes cibles, comme le sport ou la cuisine. Dernièrement, j’ai engagé la conversation avec une jeune femme autour de « Top Chef ». Comme elle aimait l’émission, nous avons échangé quelques mots à ce sujet et je lui ai proposé un café dans la foulée. Parfois, j’utilise aussi l’humour en détournant des choses banales du quotidien. En général, ça fait rire les femmes et leur donne envie de passer du virtuel au réel. Je mets également en évidence des particularités qui permettent de distinguer mes clients des autres. L’un d’entre eux, par exemple, voulait insister sur le fait qu’il était très galant. Je l’ai spécifié en indiquant qu’il tenait « 
la porte aux demoiselles ». Ça paraît démodé mais ça a beaucoup plu et ça a permis de le rendre unique. Jusqu’à présent, j’ai réussi à caser trois de mes quatre clients dès le troisième rendez-vous. C’est la preuve que ces tactiques fonctionnent !Lorsque l’on drague pour quelqu’un, il peut être tentant de sublimer le réel. Comment faites-vous pour rester collée au profil de vos clients ?

Tenue érotique : Secretdedame.com du XS au sur mesure

Posts les plus consultés de ce blog

MON MARI ADORE PORTER DES VETEMENTS DE FEMME

Ces femmes qui aiment le sexe

CITATIONS CELEBRES QUI DONNENT ENVIE DE FAIRE L'AMOUR