UNE DROLE DE FACON DE LANCER LE PRESERVATIF JAPONAIS

"Le 30 novembre 2008, à 23h, deux Japonais sortent de chez eux en courant et entament un marathon de 1000 kilomètres afin de se rejoindre. Au fur et à mesure que la distance entre eux diminue, l’amour augmente. Jusqu’à ce que...
Love-distance-1
Un soir de novembre, Iori Abeno, une jeune femme vivant à Tokyo sort de chez elle, à peine vêtue d’une chemise et d’une robe de chambre. Shohei Kawasaki, un garçon de Fukuoka, sort au même moment pour la rejoindre. A pied. A la course. Ils ont un mois pour parcourir les 1000 km qui les séparent. Ils s’aiment dans une “relation longue distance” depuis deux ans et demi. Ils ont été sélectionné par une compagnie qui ne révèlera son nom et le but de la manoeuvre que lorsque les deux amants seront dans les bras l’un de l’autre.
Love-distance-2
En attendant de savoir, Iori et Shohei se contentent de courir, suivis chacun par une petite camionnette qui leur sert de gîte itinérant. Ils sont filmés lors de ce long trajet, et le public peut suivre leur épuisant parcours sur deux sites internet —un pour les hommes, un pour les femmes— qui servent de plate-forme de communication entre les amoureux. Tous leurs échanges, par clavier ou vidéos enregistrées, sont immédiatement rendus publics. Les fans peuvent envoyer des messages d’encouragement ou même se poster sur le chemin des coureurs afin de les soutenir.
Love-distance-3
Chaque jour qui passe, la distance, mesurée en millimètres, diminue. Point de rendez-vous prévu: le château d’Osaka. Date de la rencontre: Noël, au moment où le feu d’artifice explose au-dessus du château. Le 24 décembre 2008, Iori Abeno, toute frêle dans sa chemise blanche froissée, et Shohei, vêtu du même pull et de du même pantalon qu’il portait en quittant son appartement, arrivent l’un en face de l’autre. Puis se serrent l’un contre l’autre réduisant la distance à 0,0 mm. Se séparent pour se regarder. 316 mm. S’étreignent à nouveau en pleurant. 0,0 mm. Alors que le hanabiexplose dans le ciel.
Love-distance-4
A ce moment-là simplement l’organisation secrète qui avait arrangé ces retrouvailles dévoile son nom: Sagami, une marque de préservatif. «Il  était si difficile de parler de préservatif à la TV au Japon, explique le porte-parole. Nous avons voulu lancer notre produit le plus innovant, le Sagami 0,02 (le préservatif le plus fin du monde, épais seulement de 0,02 mm) en expliquant qu’il faut toujours garder une distance pour que l’amour soit possible. La plus petite possible. Celle d’un préservatif.»
Love-distance-6
La campagne de publicité baptisée «Love distance» s’attire les foudres des puritains mais soulève l’enthousiasme du public. Le préservatif Sagami 0,02 fait un carton. Le réalisateur de la campagne, Ito Naoki, gagne de nombreux prix —notamment le lion d’or du festival de la publicité de Cannes— et participe à des festivals comme le célèbre Japan Media Arts Festival en 2009. Il y présente modestement son œuvre: “Bien qu’elle ait l’air un peu fausse (fake), cette oeuvre est un vrai film documentaire. La façon dont le distance s’amenuisait entre les amants a été présentée comme s’il s’agissait d’une émission de real-TV. Pendant la séance de visionnage, quelqu’un a dit: «Ces deux-là ne pourront pas facilement se séparer après une telle épreuve.» J’ai d’abord trouvé cela juste, mais en y repensant les relations d’amour moderne sont toutes plus ou moins influencées par le côté dramatique d’un feuilleton à suspens, comme s’il n’était plus possible de s’aimer sans avoir l’impression d’être un héros de petit écran. Notre monde est celui d’une “réalité créé par les médias”. Dans ce sens, j’ai trouvé que mon documentaire était vraiment intéressant, car révélateur de cette nouvelle manière de vivre les sentiments. C’est un film qui touche du doigt notre expérience actuelle de l’amour.»

PLUS D’INFOS SUR LES PRESERVATIFS JAPONAIS :

Leader mondial dans la technologie du condom, le Japon produit les plus préservatifs les plus “sensitifs” au monde, si fins qu’on ne les sent plus. Okamoto, la firme N°1, produit des préservatifs de 0,03 mm, triomphalement nommés 0,03. D’autres, baptisés “skinless” (préservatif sans peau), se définissent comme «ce qu’il y a de plus proche du rien». Il y a aussi des préservatifs appelés Nude, présentés comme les «premiers produits issus de la technologie du polyurethane liquide en verre de cristal». Mais c’est Sagami qui repousse les limites du possible, avec son Sagami 0,02 mm d’épaisseur, en polyuréthane, qui relève presque de l’expérience zen: plus impalpable, tu jouis. (Les Objets du Désir au Japon)"
Agnes Giard pour les 400culs, liberation.fr

Posts les plus consultés de ce blog

MON MARI ADORE PORTER DES VETEMENTS DE FEMME

Ces femmes qui aiment le sexe

CITATIONS CELEBRES QUI DONNENT ENVIE DE FAIRE L'AMOUR