RELATION AMOUREUSE AU TRAVAIL ?

Contenu

Rien de tel qu’une relation amoureuse pour accroître le plaisir d’aller travailler ! Mais ce type de rencontre peut vite se révéler problématique. A vous de peser le pour et le contre.

Selon Loïck Roche, docteur en psychologie et en philosophie et auteur de "Cupidon au travail" publié aux éditions d’Organisation, 12 % des Français vivant en couple ont croisé l’âme sœur dans le cadre de leur travail.
"Il constitue un lieu de rencontre privilégié depuis toujours, rappelle Luce Janin-Devillars, psychanalyste et consultante en entreprise. Après tout, n’y passons-nous pas la majeure partie de notre temps ?"

Un rapprochement pas toujours bien vu

Partager autant d’heures permet forcément de se découvrir quelques atomes crochus… Pourtant, ce rapprochement naturel est rarement bien perçu dans les entreprises. "Exception faite quand un couple, à peu près du même âge, annonce son prochain mariage ou, encore mieux, un bébé à venir, souligne Luce Janin-Devillars. Là, c’est carrément la guimauve."

Cloisonner vie professionnelle et personnelle

Rebecca, 28 ans, n’a pas pu résister au charme d’un nouveau commercial : "Le lendemain, ça fait drôle quand on se croise au bureau ! Nous étions tous deux déjà en couple, mais finalement, nous avons emménagé ensemble et mon compagnon a décidé de changer de travail pour que ce soit plus simple."
Une sage décision, selon le Dr Georges Alcaraz, psychothérapeute, car il n’est pas facile de cloisonner les espaces professionnel et conjugal : "Il faut éviter d’échanger des anecdotes le soir, sinon la vie en circuit fermé entraîne une sclérose, voire des affrontements liés à la surveillance permanente : “Pour-quoi lui as-tu offert un café ?”"

La libido donne des ailes

"J’ai adoré cette période où l’on est pressé d’aller au travail", confie néanmoins Rebecca. Claire, 55 ans, se souvient elle aussi avec délices des quelques mois pendant lesquels, attirée par un collègue, elle se sentait pousser des ailes : "Nous jouions au jeu de la séduction. Je prenais soin de mon apparence et il me faisait beaucoup rire. Sa présence cassait la routine, j’étais incroyablement performante et pleine d’énergie."
Dans la dernière enquête réalisée auprès de 3 000 internautes par les éditions Harlequin, 61 % des femmes et 57 % des hommes avouent craquer, comme Claire, pour l’un de leurs collègues, et un tiers admettent avoir eu une aventure au travail.

Un besoin de créer des liens affectifs

Un phénomène qui semble en augmentation. "Plus le travail est stressant, plus on a tendance à vouloir créer des liens, reconnaît le Dr Alcaraz. La raréfaction des liens sociaux à l’extérieur pousse sans doute à les rechercher dans ce cadre."
Non seulement le sexe donne une touche d’humanité et de plaisir, mais il libère de bienfaisantes hormones, à l’effet tranquillisant pour l’homme, antidépresseur pour la femme.
Que les patrons se rassurent : si l’aventure rôde au coin de la photocopieuse, il est rare qu’elle soit consommée dans l’enceinte de l’entreprise, même si 21 % des Français reconnaissent ce fantasme (Sofres, juillet 2002). Comme Marion, les amants vont plutôt à l’hôtel durant la pause déjeuner…

L’aventure est plus périlleuse pour une femme

Les délices de la clandestinité peuvent donner du piment à l’aventure. Elle n’est cependant pas dénuée de pièges, car le "bocal" de l’entreprise produit aussi beaucoup de jalousie et de bruits de couloir qui empoisonnent bien souvent la love story : "Elle nous laisse tomber", "Je me demande quand ils travaillent", "Celle-là peut tout se permettre. Tu sais avec qui elle couche ?"
Luce Janin-Devillars met en garde : "Les clichés ont toujours la vie dure. Il faut savoir qu’on pardonne plus facilement à un homme d’avoir une liaison intime. La femme, elle, s’en trouve dévalorisée : on l’accuse de coucher avec tout le monde ou encore de viser une “promotion canapé”."

Un problème de hiérarchie

L’entreprise se sent aussi menacée. Plus on monte dans la hiérarchie, plus les relations amoureuses sont considérées comme dangereuses par la direction, qui redoute alors les confidences sur l’oreiller.
Caroline, directrice de la communication, s’est vue sommée de partir pour éviter ce délit d’initié : "J’étais célibataire, le directeur financier divorcé, mais l’on m’a fait valoir que l’un de nous risquait de divulguer des informations sensibles."
Le pari est encore plus risqué entre deux personnes de niveau hiérarchique différent. Qu’il s’agisse du classique patron et de son assistante ou du plus nouveau Madame et son stagiaire, "le supérieur s’expose à l’accusation de favoritisme et de conflit d’intérêts qui risque de le discréditer au sein de son service", souligne le Dr Alcaraz.
Liaison encore plus dangereuse pour le partenaire, comme en témoigne Fanny, très amoureuse de son patron : "Le jour où sa femme l’a appris, j’ai perdu en même temps mon amour et mon poste !"

Des ruptures délicates à gérer

La rupture risque de toute façon de déboucher sur une situation délicate. "Quand on a été quitté, voir l’autre, l’entendre rire constitue toujours une épreuve, rappelle Luce Janin-Devillars. Si l’on a pris la décision et que l’autre ne l’accepte pas, il peut aussi devenir “harcelant”."
Mais heureusement, succomber à la tentation ne finit pas toujours aussi mal. Aurore, 24 ans, a eu plusieurs brèves liaisons sans conséquence, "de belles histoires qui ont bien fini". Mieux vaut néanmoins peser les risques avant de franchir le pas.
Source : Marie-Christine Colinon

A lire :
Faites l'experience physique de votre animalité

Etes vous un sexaddict ?

Posts les plus consultés de ce blog

MON MARI ADORE PORTER DES VETEMENTS DE FEMME

Ces femmes qui aiment le sexe

CITATIONS CELEBRES QUI DONNENT ENVIE DE FAIRE L'AMOUR