Couple : un week-end pour redécouvrir votre sexualité

Résultat de recherche d'images pour "photo de couple amoureux"

Envie de réveiller votre sensualité et de booster votre sexualité ? Et si vous y consacriez un week-end ? Au programme : deux jours entièrement dédiés à votre désir et à votre plaisir.
Margaux Rambert
Routine, libido en berne, fatigue, stress… Le tourbillon permanent dans lequel nous évoluons met souvent à mal notre vie sexuelle, fréquemment reléguée derrière nos vies familiales et professionnelles et nos soucis quotidiens. Qui n’a jamais soupiré en pensant à la fougue des débuts ou rêvé à de nouveaux horizons érotiques ? Alors quoi de mieux qu’un week-end placé sous le signe du désir et du plaisir, pour insuffler une nouvelle énergie à notre vie sexuelle ? « L’idée, c’est de prendre du temps pour s’arrêter sur sa sexualité, explique la sexologue Marianne Pauti. Ce peut-être le temps d'un week-end, ou deux jours, n’importe quand. Ou même un seul, si on n’a pas un week-end, ou bien trois jours, si on a un peu plus de temps. » Objectif de cette parenthèse érotique et sensuelle ? Se retrouver, se détendre et s’épanouir sexuellement ensemble.

Première étape avant le week-end : un peu d’introspection

Parler de sexe… Facile à dire, mais pas toujours à faire. Chez de nombreux couples, la sexualité reste même encore souvent un sujet tabou. « Certains ont beaucoup de difficultés à trouver les mots et les moments appropriés pour en parler, analyse Marianne Pauti. Du coup, ils n’évoquent jamais le sujet. Ou alors pour dire qu’il y a des problèmes. Il n’est jamais question de la sexualité qui va bien ». Avant le week-end, la sexologue recommande donc de se livrer, ensemble, à une petite introspection. « Il ne s’agit pas uniquement de remettre en question l’autre. C’est aussi se remettre en question soi, s’interroger véritablement. Et son couple aussi.
»


 - Accuser ou culpabiliser l’autre ou soi-même.=> Les pièges à éviter
« Les "c’est de ta faute" ou "c’est ma faute" sont à bannir. De même que les comportements castrateurs chez les femmes, ou dévalorisants chez les hommes. Le but, c’est de parler de ce que l’on ressent soi ».
 - Penser à la place de l’autre
« Lorsque que l’on est amoureux, on imagine souvent que l’être aimé sait ce que l’on pense. C’est source de quiproquos extraordinaires ! Se livrer à une introspection de sa vie sexuelle, c’est au contraire expliquer précisément à l’autre ce que l’on aime… ou pas. Et écouter ce dont lui-même a envie, ou non. Parfois, ce partage fait réaliser que l’on n’aime pas forcément les mêmes choses. Mais c’est bien de le savoir. D’autant que l’on finit toujours par trouver des terrains d’entente (parfois de nouveaux, d’ailleurs) ».
- Etre négatif
« Il faut être très positif si l’on décide de consacrer un week-end à booster sa sexualité. Comment avancer en se focalisant sur ce qui ne va pas ? On laisse donc tous les vieux dossiers concernant d’éventuelles mésententes ou déceptions sexuelles de côté ».
=> Quand parler de sa sexualité ?
« Si certaines personnes ont besoin de se sentir un peu désinhibées pour réussir à parler de sexualité, il est en réalité souvent difficile d’avoir une vraie discussion dans un contexte érotique, parce qu’elle risque précisément de briser l’érotisme. »

Préparer son week-end

S’évader le temps d’un week-end pour se consacrer à sa sexualité demande un minimum de préparation. Escapade à la mer, à la montagne, ou à la campagne, réservation d’un hôtel romantique, séjour à l’étranger… A chacun ses goûts et son budget ! L’enjeu ? Changer d’air. « Partir confère un caractère festif, particulier, au week-end. C’est pour cela que les gens ont une bien meilleure sexualité pendant les vacances, lorsque le quotidien et la routine sont mis à distance ». Pas question, donc, ce week-end-là, de faire des lessives, de tondre la pelouse ou d’aller déjeuner chez ses parents… Vous ne pouvez pas partir de chez vous ? Pas de problème, confiez vos enfants et vos animaux, cuisinez ou faites-vous livrer de bons repas, mettez-vous sur votre 31… Faites en sorte d’être tranquilles pour ne vous préoccuper que de vous !

Les derniers jours avant le week-end

Préparer sa valise
- Les incontournables : Contraception, préservatifs, lubrifiant si nécessaire… Pour ne pas courir les pharmacies pendant le week-end !
 - En fonction de votre appétit : huiles de massage, bougies, lingerie, jeux érotiques, sex toys, accessoires coquins, littérature érotique, déguisements… Pour Marianne Pauti, « il est important de faire les choses que l’on sent. Lorsque l’on essaye quelque chose uniquement pour faire plaisir à l’autre, on finit par s’en vouloir, par lui en vouloir. Il ne faut pas se forcer, ni chercher à forcer l’autre. Et si on veut transgresser un peu, mieux vaut le faire vraiment par rapport à ses envies ».
 - Déconseillé : son ordinateur, sa tablette, son smartphone constamment connecté à Facebook, la dernière série ou le dernier roman dont tout le monde est accro, des dossiers de travail… Au risque, sinon, d’emporter les soucis quotidiens avec soi.

Faire une cure de bonne forme
« Notre vie sexuelle est bien meilleure quand on est en bonne forme physique », estime Marianne Pauti. Au programme, donc, de la dernière semaine avant le week-end : de bonnes nuits, une bonne alimentation, peu ou pas d’excès (alcool en tête), du sport, et des moments passés à se chouchouter (soin en institut, nouvelle coupe de cheveux…).

Dernière nuit avant le départ : chacun de son côté
La veille, chacun dort chez soi, ou chez des amis ; ou l’un dans le lit, l’autre sur le canapé… Rendez-vous à la gare, l’aéroport ou même directement sur le lieu du week-end. « L’idée, c’est de se mettre dans l’état d’esprit de redécouvrir l’autre ». Et aussi de retrouver l’émoi des premiers rendez-vous

Pendant le week-end, place à la sensualité, à l’érotisme et au sexe !

« L’attente, c’est la moitié du plaisir, rappelle Marianne Pauti. La préparation est tout aussi importante que l’acte sexuel en lui-même. On est déjà dans le plaisir : celui que l’on fait à l’autre, et celui que l’on ressent à se sentir désirable. Et le niveau d’excitation est beaucoup plus fort que si de but en blanc, on passe à la sexualité ».
Quelques idées de jeux sensuels : massages, caresses, promenade romantique, séance de lecture érotique, dîner aux chandelles, séquence souvenirs ou confidences, jeux de dés coquins…
L’important ? Etre dans la séduction. « Beaucoup de couples, surtout ceux qui sont ensemble depuis longtemps, ne savent parfois plus vraiment faire, ou ne se posent même plus la question de l'être. L’enjeu, c’est de retrouver la capacité de plaire à l’autre et de se plaire à soi-même. »

Quelques idées de jeux torrides : expérimenter de nouvelles positions, faire l’amour dans l’eau ou dans un lieu insolite ; devenir le « professeur » de l’autre et lui montrer comment « s’y prendre encore mieux » ; l’amour les yeux bandés, sans aucune consigne cette fois ; raconter à l’autre les meilleurs moments de sexe avec lui ; se lancer dans un strip-tease, s’essayer au jeu de rôles (le docteur et l’infirmière, par exemple…) ; l’amour attaché ; avoir recours à un sex toy, par exemple à un œuf vibrant, qu’une télécommande actionne à distance…Après, à chaque couple de laisser libre cours à son imagination et faire l’amour comme bon lui semble !

3 principes importants

- Dédramatiser
Complexes, difficultés d’érection, panne sexuelle, absence d’orgasme… Il peut arriver que les choses ne se passent pas comme on l’avait souhaité. « Ce n’est pas un drame : on a tout un week-end, surtout, il ne faut pas se mettre la pression ».
- Oublier tout souci de performance
« Le but n’est pas forcément de grimper tout le week-end aux rideaux, mais de s’épanouir et de se faire plaisir. Et cela peut passer par des choses assez ténues. Certaines personnes ont par exemple une sexualité très douce, calme. Peu importe si leurs voisins, eux, hurlent pendant toute la nuit… Ce que font ou pensent les autres n’est pas important : l’objectif, c’est de se faire confiance à soi pour savoir ce dont on a envie ».
- Lâcher-prise
« Il faut éviter de trop gamberger : les plus "intellectuels" sont souvent ceux qui ont le plus de difficultés. Lâcher-prise, c’est se recentrer sur ce qu’on est en train de faire, sur ce qu’on ressent, sur sa sensualité, ses perceptions… C’est aussi laisser tout le champ des possibles ouvert ».

Tirer parti du week-end

Quelques jours après le week-end, il est bon de prendre le temps de faire, ensemble, un petit « debriefing », recommande Marianne Pauti. « Il s’est passé quelque chose, alors il serait dommage de ranger cela au fond d’un tiroir et de reprendre ses vieilles habitudes. Surtout qu’il y a sûrement des choses positives à retenir de ce week-end ». Des choses à approfondir, des leçons à tirer, des expériences à réitérer… pour booster sa vie sexuelle en général.
 Et faut-il, une fois le week-end terminé, prévoir le suivant ? « Si on a aimé, oui ! », répond la sexologue. Mais là encore, attention : « pour beaucoup de gens, la sexualité est une sorte de bulle, elle ne fait pas du tout partie de leur quotidien. Le risque, c’est de ne consacrer que certaines périodes de sa vie à sa sexualité. Alors que la doper, c’est au contraire faire en sorte qu’elle fasse davantage partie de sa vie ».



Posts les plus consultés de ce blog

MON MARI ADORE PORTER DES VETEMENTS DE FEMME

Ces femmes qui aiment le sexe

CITATIONS CELEBRES QUI DONNENT ENVIE DE FAIRE L'AMOUR