COUPLE : SENSUALISEZ VOTRE ETE

Couple : sensualisez votre été
Enfin le farniente ! On change de décor, de rôles, de gestes. Après la routine de l’année, voici le moment de se redécouvrir corps et âme, de renouer avec des sensations que l’on craignait assoupies.
Flavia Accorsi


On les fantasme à longueur d’année, comme une oasis dans le désert de la routine et du stress quotidiens. Parenthèse privilégiée pour les couples, les vacances sont parées de toutes les vertus thérapeutiques. Mais si changer de décor, redécouvrir son corps, oublier le temps sont en soi des promesses de mieux-être, surestimer leur pouvoir de transformation peut aussi jouer de mauvais tours. Pour remettre du sel dans sa vie amoureuse, encore faut-il le vouloir et le décider.

Une nouvelle dynamique de couple

Yvan et Adriana, en couple depuis un an, ont réalisé qu’au fond, ils étaient partis ensemble avec deux projets différents. « Je me faisais une joie de partir avec Adriana en Polynésie, se souvient Yvan. Nous avons passé trois semaines fabuleuses… du moins, c’est ce que je croyais. A notre retour à Paris, j’ai déchanté lorsqu’Adriana m’a froidement déclaré que ça ne servait à rien de partir à l’autre bout du monde si cela ne changeait rien à nos relations. » Pour éviter les lendemains qui déchantent, les thérapeutes de couple conseillent de préparer le terrain, afin que ce break soit l’occasion de se retrouver vraiment et permette d’enclencher une nouvelle dynamique.
Le psychiatre et anthropologue Philippe Brenot explique qu’être et rester en couple n’est pas naturel. Au fil du temps, des mécanismes de distanciation vont se développer si on n’y prête pas attention. Une communication réduite au minimum, les gestes de tendresse et les marques d’attention à l’autre qui se raréfient, le rythme du quotidien masque souvent la désaffection de l’intimité. Or, une vie amoureuse riche et stimulante ne peut aller sans une intimité de qualité.


Cap sur l’intimité

Dans Eloge de l’intimité (Payot), Willy Pasini ne définit pas moins de cinq types d’intimité : l’intimité sexuelle, corporelle, affective, spirituelle et intellectuelle. Au moins trois d’entre elles doivent nécessairement être présentes dans le couple pour que celui-ci puisse fonctionner dans l’harmonie. C’est lorsque l’intimité – ce lien subtil, fait à la fois de confiance, de tendresse, de connaissance de l’autre – vient à manquer que le couple se dessèche. « Intimité et désir marchent main dans la main, explique Josette Stanké, psychothérapeute. Surtout pour les femmes, qui sont attachées de façon quasi biologique à l’autre. Elles ont un besoin vital de communiquer avec leur partenaire. » Et quelle meilleure occasion que les vacances d’été pour s’extraire du carcan des habitudes, pour se parler vraiment et se redécouvrir d’un œil neuf ?
David a réalisé qu’Isabelle était vraiment séduisante et qu’il ne le lui disait jamais lorsque, attablés à une terrasse de café en Espagne, il a vu le regard des hommes s’attarder sur elle. « Brusquement, j’ai eu envie de la séduire comme si je ne la connaissais pas, reconnaît le jeune homme. Je lui ai alors parlé de sa peau, de ses jambes et de mon désir. Au bout de vingt minutes de ce petit jeu-là, nous avons regagné notre chambre d’hôtel… » Ce sont les mots qui tissent une histoire, qui lui donnent ses couleurs particulières et la rendent unique. Parler, non seulement pour dire le désir, mais aussi pour lui donner vie.

Réamorcer la phase amoureuse

Le docteur Ayala Malach Pines, psychologue et thérapeute du couple (auteur de L’Usure du couple, OES, 2000), avance que la durée moyenne de temps consacré à communiquer est de trente-neuf minutes par jour pour les couples « usés », contre une à quatre heures pour ceux qui ne le sont pas. Dire à l’autre ce qui, en lui, nous émeut ou nous séduit est certainement bien plus aphrodisiaque qu’une mise en scène érotique artificielle. Pour Philippe Brenot, « réamorcer la phase amoureuse », c’est-à-dire faire renaître ce qui faisait vibrer le couple au début de la relation, est indispensable au renforcement de l’intimité : « Le couple amoureux, et qui le reste, rivalise d’ingéniosité pour conserver la séduction indispensable au sentiment qui l’anime.
L’été, lorsque les corps et les esprits sont à la fois au repos et en éveil, est le cadre idéal pour rejouer les scénarios affectifs et érotiques qui ont fait vibrer les partenaires. » « L’été, le corps a la parole, alors que le reste de l’année, c’est la tête qui est aux commandes, souligne Josette Stanké. Laisser parler et écouter son corps facilite la relation à l’autre. » Marion, qui vit avec Louis depuis cinq ans, aime se préparer mentalement et physiquement à ces retrouvailles. « Je commence à vivre au rythme de l’été dès les premiers beaux jours. Je fais des UV, je change d’alimentation, je vais au hammam avec mes copines, je me fais masser. Forcément, je me sens mieux dans mon corps, plus désirable, donc plus attentive à mon désir et à celui de Louis. »

Une meilleure façon de s’aimer

La disponibilité, autre mot-clé de l’intimité : être disponible, c’est s’éveiller à un état de réceptivité qui va laisser au désir le temps de s’installer. « La sexualité se réalise lorsque le contexte est favorable, analyse Philippe Brenot. Les vacances devraient servir à cultiver l’érotisme, c’est-à-dire la dimension humaine de la sexualité. Pour employer un terme technique, je dirais que, dans un premier temps, il faut dégénitaliser la sexualité, pour privilégier la sensualité. » Pas d’érotisme ni de sensualité sans gratuité. Vivre intensément avec ses sens, humer, goûter, toucher, caresser, simplement pour le plaisir des sensations que cela procure. Pour Lili, mariée depuis onze ans, la sensualité sans sexe, c’est aussi faire l’amour : « Pendant la sieste, nous nous massons, nous nous caressons, nous faisons à nouveau connaissance, avec tous nos sens. »

Instaurer un climat sensuel

Eva témoigne de son plaisir à se baigner nue le matin dans la rivière qui coule devant sa maison de campagne avant de regagner le lit conjugal : « J’aime sentir ma peau fraîche contre son corps tiède pendant qu’il dort encore. Nous ne faisons pas systématiquement l’amour, mais quand il me prend dans ses bras, à moitié endormi, c’est tellement tendre et voluptueux que ça vaut pas mal d’étreintes que j’ai pu connaître avec d’autres. » Instaurer un climat sensuel, ce peut être aussi multiplier les petites attentions à l’autre, partager des moments de silence durant lesquels seul le regard parle. La volupté, c’est aussi savoir doser le voilé et le dévoilé, les mots et le silence. « Il faut absolument sauvegarder le pouvoir érogène de la nudité, conseille le docteur Gérard Leleu dans L’Intimité et le Couple (Flammarion, 2000). Pour ne pas livrer le nu à l’habitude, et à l’indifférence qui en résulte. »

Les couples heureux n’ont pas d’histoire, dit-on. Mais on pourrait ajouter qu’ils ont certainement du talent et de la créativité. Faire face à l’usure du désir et à la monotonie sexuelle requiert une bonne dose d’imagination et de créativité. La routine se nourrit de passivité et de laisser-aller ; pour la combattre, « initiative et désir sont fortement liés, écrit Philippe Brenot dans Inventer le couple (Odile Jacob, 2001). Une consigne peut consister à faire chaque jour un geste ou un mot en direction de son partenaire, pour renouer avec une phase active de la séduction où les initiatives étaient fréquentes. »
Nombreux sont les hommes qui avouent qu’ils apprécieraient des initiatives plus franches de la part de leur partenaire. Changer de décor, changer de rôles, changer de gestes, ce sont les B.A. BA d’une sexualité bien armée pour résister à l’attaque du temps. Faire feu de tout bois est l’art des couples sexuellement heureux. Ils captent l’énergie sexuelle là où elle se trouve, sans freins. L’été, la sensualité est partout. « Etre entourés d’hommes et de femmes dont les corps sont dévoilés, bronzés, parés, c’est très excitant, confirme Anne. Il y a des regards qui s’attardent, du désir diffus dans l’air. Avec Jean, sans être voyeurs ni exhibitionnistes, nous captons tout ça et, forcément, ça agit sur le désir qui passe entre nous. »
C’est pendant leurs vacances que Michel et Sophie ont eu un déclic qui a changé leur vie sexuelle. « Nous avons toujours pris du plaisir en faisant l’amour, raconte Sophie. Mais, au fil des années, on s’est assagi, on est devenu plus paresseux. C’est en partant dix jours faire du camping sauvage tous les deux que l’on a redécouvert le côté primaire, instinctif et quasi animal de la sexualité. Faire l’amour sur un rocher au soleil, appuyés contre un arbre ou dans un torrent, c’est magique. Depuis, on pratique l’amour sauvage même dans notre salon. » En somme, pour redonner piment et relief à sa vie amoureuse, point de recettes miracles ni de formules magiques. C’est en donnant libre cours à sa créativité personnelle que le couple peut déjouer les pièges de la routine et de l’ennui. A condition de le vouloir, non pas de manière volontariste, mais en naviguant sans cesse entre exigence et lâcher-prise.

Intimité ou promiscuité ?

Le couple peut-il préserver son intimité en partageant son espace et son temps de vacances avec sa famille et ses amis ? Difficile a priori, mais possible s’il définit clairement ses attentes et ses besoins. Il s’agit de décider des grandes lignes du partage du temps et des activités consacrées au couple ou au groupe. Très souvent, les couples abonnés aux étés entre amis ou en famille entretiennent des relations d’évitement de l’intimité, consciemment ou pas. Famille et amis, devenus agents séparateurs du couple, sont souvent l’arbre qui cache la forêt de la mésentente. La plupart du temps, c’est également la présence des enfants qui est incriminée, alibi confortable pour certains, obstacle majeur à de vraies retrouvailles pour d’autres.

PARTIR EN VACANCES SEPAREMMENT

Posts les plus consultés de ce blog

MON MARI ADORE PORTER DES VETEMENTS DE FEMME

Ces femmes qui aiment le sexe

CITATIONS CELEBRES QUI DONNENT ENVIE DE FAIRE L'AMOUR